Roger Peters' Home Page

Welcome, whether you have arrived here either by serendipity or by design; last update: 1st August 2014 [Dr. Peters: rpeters@wissensdrang.com].

Broadly speaking, my pages should be useful for high-school students, enterprising teachers, and classical music enthusiasts; they are divided into Chemistry, Multidisciplinary Resources, Miscellaneous, Classical Music, and Transcriptions.


THE AUFBAU1 CHEMISTRY RESOURCE
Aufbau1, the first comprehensive teaching resource for Year 10 & 11 students that contains no falsehoods, no half-truths, and no non sequiturs, has been available on the Web since 1997 in either American or British orthography: Contents' List & Complete Student's Version and Teacher's Notes; the appendix to Aufbau1 includes Playlet 1 of the first eclectic trilogy for Year 10 & 11 students: Hat Wissensdrang die Katze getötet?

An (Unorthodox) Introduction to Structure and Bonding
[Am. (20 pp.) Br.]

An (Unorthodox) Introduction to Chemical Equations
[Am. (10 pp.) Br.]

THE WISSEN & WEIHNACHTSTAG-EPIGENOM MULTIDISCIPLINARY RESOURCES
Hat Wissensdrang die Katze getötet?, Eine Spinnwebe von Wissen?, and Konsilienz: Die Kunst für die wissende Katze? are suites of multidisciplinary resources for Year 10, 11 & 12 students which partially bridge the prevailing literary and scientific cultures; each resource includes a comedy-drama, and each successive one imposes an increasingly diverse set of moral, linguistic, philosophical, and scientific demands and challenges for the student. Readers' impressions, from the tens of thousands who have downloaded these resources, have ranged from indifference (presumably), through "warmed to your sense of humour", to "exciting and inspirational".

Comedy-Drama written mostly in English (*) or English & French ().

1. Hat Wissensdrang die Katze getötet? [Am1.zip (85 pp.) Br1.zip]

Playlet 1 (Autumn Term 1):
Von Ankunft bis Abschied *
[Am. (15 pp.) Br.]
Playlet 2 (Spring Term 1):
Ein Musikalischer Spass, In Memoriam Papa (28.5.1787)
[Am. (30 pp.) Br.]
Playlet 3 (Summer Term 1) & Epilogue (Speech Day 1):
Il Proteo ò sia Il Mondo al rovescio & Missa pro defunctis *
[Am. (40 pp.) Br.]

2. Eine Spinnwebe von Wissen? [Am2.zip (125 pp.) Br2.zip]

Playlet 4 (Autumn Term 2):
La Astuzie femminili ò Il Sinfonia grillosa
[Am. (40 pp.) Br.]
Playlet 5 (Spring Term 2):
Les Fêtes sauvages
[Am. (45 pp.) Br.]
Playlet 6 (Summer Term 2) & Epilogue (Speech Day 2):
Doktor und Apotheker & Consolatrix afflictorum *
[Am. (40 pp.) Br.]

3. Konsilienz: Die Kunst für die wissende Katze? [Am3.zip (190 pp.) Br3.zip]

Playlet 7 (Autumn Term 3):
L'Uccelliera
[Am. (65 pp.) Br.]
Playlet 8 (Spring Term 3):
Paradies-Konzert
[Am. (60 pp.) Br.]
Playlet 9 (Summer Term 3) & Epilogue (Speech Day 3):
La Capricciosa & Magnificat
[Am. (65 pp.) Br.]

4. Bensalem: Die Verführerin von Wissen?

Playlet 10 (Autumn Term 4):
Le Bonnet de la Liberté ? *
[Am. (...) Br.]
Playlet 11 (Spring Term 4):
Le Cinesi
[Am. (...) Br.]
Playlet 12 (Summer Term 4) & Epilogue (Speech Day 4):
Schwanengesang & Musikalische Exequien *
[Am. (...) Br.]

Weihnachtstag-epigenom
[Br. (40 pp.)]

MISCELLANEOUS
The sixth multidisciplinary resource for high-school students includes a «play within a play»; the nominally self-contained «enclosed play», A Porphyric Apocalypse, set in Massachusetts (1697-1698), alludes to the genetically-inherited disease porphyria hepatica.

A Porphyric Apocalypse
[Am. (25 pp.)]

Cancer Research & Pandora's Box
[Film & Introduction to 11 documents: Br. (2 pp.)]

(12) Biology Free-Response Questions & Answers
[Am. (5 pp.) Br.]

Biographical Notes on the Reverend Doctor Gabriel d'Émilliane;
a minister in Charles and Calvert Counties, Maryland, 1701-1714.
[Br. (5 pp.)]

CLASSICAL MUSIC
I have compiled a resource which provides an enthusiast with a concise overview of the recorded repertoire of classical music performed with period instruments; specifically, details of recordings which provide — with minimal duplication — a «musical portrait» of each composer and each genre. Despite the inevitable lacunae, the current version includes over 1,440 composers.

An Overview of Period Instrument CDs (1580-1830)
[Br. (120 pp.)]

A Catalogue of Compositions by Jan Dismas Zelenka (1679-1745)
[Br. (5 pp.)]

La huitième ressource pluridisciplinaire pour les lycéens inclut une « pièce en abyme » ; c'est-à-dire une pièce écrite (en français) par l'un des personnages de la pièce principale. Dans cette « pièce close », Musique en double aveugle, les trois personnages principaux sont le Chevalier de Saint-George, Wolfgang Mozart et Valentin Haüy (fondateur de l'Institution des Enfants Aveugles). Et, de même, de la onzième ressource pluridisciplinaire : Boîtes chinoises asymétriques, où le personnage principal est Antoine de Sartine (lieutenant général de police et futur ministre de la Marine).

Musique en double aveugle ou Double-Blind Music
[Fr. (15 pp.) Am.]

Boîtes chinoises asymétriques ou Asymmetric Chinese Boxes
[Fr. (40 pp.) Br.]

TRANSCRIPTIONS
[Principes éditoriaux. Dans ces transcriptions, j'ai scrupuleusement respecté l'orthographe des auteurs respectifs pour toutes les citations (si bizarres soient-elles) : en revanche, pour le corps de chaque texte, dans la mesure du possible et sans cérémonie, j'ai transcrit en orthographe actuelle, corrigé les erreurs non équivoques de fait, essayé d'établir le sens des mots vieux, rares ou spécialisés, et réglé les notes de bas de page et les sources bibliographiques.]

Voir l'introduction * See Introduction

Jacques-Amédée Le Paire's monograph:
Petite Histoire populaire de Lagny-sur-Marne [de 605 à 1906]
[Fr. (105 pp.)]
Abbé Loth's edition of an anonymous C18 chronicle:
Histoire de l'abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges [de 654 à 1760 (et au-delà !...)]
[Fr. (305 pp.)*]
Abbé Éberlé's monograph:
Faverney, son abbaye et le miracle des Saintes-Hosties [en 1608]
[Fr. (265 pp.)*]
Abbé Cédoz's monograph:
Un Couvent de religieuses anglaises à Paris de 1634 à 1884 [la communauté dite les « Dames Augustines Anglaises »]
[Fr. (140 pp.)*]
Reverend Gabriel d'Émilliane's antipapist tract:
Tromperies des prêtres et des moines de l'Église romaine,... [en Italie] [publié en 1693, par cet ancien prêtre catholique]
[Fr. (90 pp.)*]
Pierre Perrenet's historical anecdote:
Un Roman dijonnais en 1713
[Fr. (20 pp.)]
Abbé Méritan's biography:
Louis-Guillaume du Tillet, dernier évêque d'Orange (1730-1794)
[Fr. (60 pp.)]
M. Blanchet's memoir:
Les Funestes Effets de la vertu de chasteté dans les prêtres [publié en 1791, par ce curé constitutionnel de Cours de Monségur en Gironde]
[Fr. (15 pp.)]
Louis Audiat's biography:
Deux Victimes des Septembriseurs [en 1792 ; les bienheureux frères La Rochefoucauld]
[Fr. (290 pp.)*]
Jacques Hérissay's monograph:
Les Aumôniers de la guillotine [1793-1794]
[Fr. (60 pp.)]
Pierre-Anastase Torné's address:
Discours, prononcé à Bourges, sur l'autel de la patrie [le 5 juillet 1793, par cet évêque constitutionnel ; avec une mise en garde]
[Fr. (5 pp.)]
M. Sauvageot's address:
Discours destiné à être prononcé au temple de la raison [le 3 février 1794 à l'église Saint-Michel de Dijon, sept jours avant la destruction gratuite de l'irremplaçable Sainte-Hostie]
[Fr. (10 pp.)]
Abbé Bottin's autobiographical memoir:
Récit abrégé des souffrances de près de 800 ecclésiastiques français,...
[en rade de l'île d'Aix du mars 1794 jusqu'au février 1795]
[Fr. (10 pp.)]
Abbé Méritan's monograph:
Les Trente-deux Martyres d'Orange [en juillet 1794 ; les bienheureuses religieuses d'Orange — cf., les seize Carmélites de Compiègne]
[Fr. (105 pp.)*]
Jean-Jacques Aymé's autobiographical memoir:
Déportation et naufrage de J. J. Aymé, ex-législateur,... [à et de la Guyane française après le coup d'État du 4 septembre 1797]
[Fr. (65 pp.)*]
Jules Silvestre's monograph:
Les Brûlots anglais en rade de l'île d'Aix (1809)
[Fr. (110 pp.)*]
Samuel Fletcher Cook's monograph:
Drummond Island; The Story of the British Occupation, 1815-1828
[Am. (20 pp.)]
Adam Arnst's illustrations for Ignaz von Born's 1783 satirical tract:
Monachologia [ex English edition, 1852]
[Br. & Fr. (15 pp.)]
Max O'Rell's autobiographical memoir:
Drat the Boys! [Paul Blouët's recollections as a French teacher in England, 1873-1884]
[Br. (60 pp.)]
René Fage's travelogue:
Oleron : impressions de vacances [dans cette île en 1891]
[Fr. (20 pp.)]
John Stabb's trilogy (including 500 black & white photographs):
Some Old Devon Churches [integrating Devon Church Antiquities; 1906-1918]
[Br. (235 pp.)*]

Voir l'introduction * See Introduction

Abbé l'Inconnu's three-act comic opera:
Les Moines [écrite vers 1707-1708 par un jésuite indéterminé ; avec quelques commentaires]
[Fr. (30 pp.)]
Abbé Guyot Desfontaines' novel:
Le Nouveau Gulliver ou Voyage de Jean Gulliver, fils du capitaine Gulliver [publié en 1730]
[Fr. (75 pp.)*]
Charles Collé's one-act comedy:
Les Accidents ou Les Abbés [écrite vers 1764]
[Fr. (20 pp.)]
Herbert Lawrence's historical allegory:
The Life and Adventures of Common Sense [published in 1769]
[Br. (35 pp.)]
Jean-François de la Harpe's three-act verse drama:
Mélanie, ou La Religieuse [première en juillet 1772]
[Fr. (30 pp.)]
Anne-Hyacinthe de Colleville's one-act comedy:
Les Sœurs [première le 14 juin 1783]
[Fr. (15 pp.)]
Jean Rénout's dramatic proverb:
La Brebis entre deux loups [première le 2 août 1783]
[Fr. (15 pp.)]
Alexandre-Louis-Bertrand Robineau's one-act play:
Le Danger des liaisons [première le 9 décembre 1783]
[Fr. (25 pp.)]
Alexandre-Louis-Bertrand Robineau's one-act comedy:
La Triste journée ou Le Lendemain de noces [première le 14 juillet 1784]
[Fr. (20 pp.)]
Carrière-Doisin's comedy-prologue:
Le Café littéraire [publiée en 1785 sous ce pseudonyme]
[Fr. (20 pp.)]
Alexandre-Louis-Bertrand Robineau's one-act comedy-proverb:
Les Amis du jour [première le 1er septembre 1786]
[Fr. (20 pp.)]
François-Guillaume Ducray-Duminil's suite of stories:
Les Soirées de la chaumière [publiée à partir 1794]
[Fr. (310 pp.)*]
François-Guillaume Ducray-Duminil's story:
Le Vieux Castel [tirée des Soirées...]
[Fr. (5 pp.)]
François-Guillaume Ducray-Duminil's story:
L'Homme invisible [tirée des Soirées...]
[Fr. (30 pp.)]
Pierre-Jean-Baptiste Choudard's three-act comedy:
Le Sourd ou L'Auberge pleine [version du 19 septembre 1794]
[Fr. (30 pp.)]
Thomas Rousseau's one-act comedy:
À Bas la Calotte [première le 21 novembre 1794]
[Fr. (10 pp.)]
Jean-Baptiste Avisse's one-act verse comedy:
La Ruse d'aveugle [avec une ébauche biographique de cet auteur aveugle de l'Institution des Aveugles-Travailleurs ; première le 22 décembre 1796]
[Fr. (35 pp.)]
Alexandre-Louis-Bertrand Robineau's four-act drama:
Les Libellistes [première en allemand à Berlin en 1797]
[Fr. (50 pp.)]
Jean-Nicolas Bouilly's five-act drama:
L'Abbé de l'Épée [fondateur de l'Institution des Sourds-Muets ; avec une mise en garde ou deux ; première le 14 décembre 1799]
[Fr. (50 pp.)]

Voici dix farces (misanthropiques) de Thomas-Simon Gueullette (1683-1766), mises en scène à partir 1712. L'intégrale des dix transcriptions peut être téléchargée soit en textes séparés comme une archive zippée (dgueFr.zip ; 155 kB ; format A4, 205 pp.) soit à l'instar des fichiers présentés ci-dessous.

Le Chapeau de Fortunatus ; écrite en 1712 [Fr. (10 pp.)]
L'Amant poussif ; écrite en 1714 [Fr. (10 pp.)]
Caracataca et Caracataqué ; écrite en 1714 [Fr. (25 pp.)]
Première Parade ; écrite en 1714 ; version de 1740, transcrite en 1885 par Ch. Gueullette ; [« Ce n'est pas le latin qui fait le docteur »] [Fr. (35 pp.)]
Deuxième Parade ; écrite en 1715 ; version de 1740, transcrite en 1885 par Ch. Gueullette ; [« À la queue gît le venin »] [Fr. (30 pp.)]
Troisième Parade ; écrite en 1716 ; version de 1740, transcrite en 1885 par Ch. Gueullette ; [« Ce n'est que de l'argent »] [Fr. (40 pp.)]
Quatrième Parade ; écrite en 1717 ; version de 1740, transcrite en 1885 par Ch. Gueullette ; [« À tout valet, tout honneur »] [Fr. (15 pp.)]
La Chaste Isabelle ; écrite vers 1720 [Fr. (10 pp.)]
Isabelle grosse par vertu ; écrite vers 1738 [Fr. (10 pp.)]
Les Fausses Envies ; écrite en 1740 [Fr. (20 pp.)]

Voici vingt proverbes dramatiques de Louis Carrogis (1717-1806), dit Carmontelle, mis en scène à partir 1765. À vrai dire, hélas, toutes ces saynètes sont légères sauf Le Seigneur auteur : d'autre part, pour les lycéens, elles pourraient servir ou de véhicules de jeu, de noyaux ou de fragments pour de nouvelles pièces. L'intégrale des transcriptions peut être téléchargée soit en textes séparés comme une archive zippée (dcarFr.zip ; 150 kB ; format A4, 235 pp.) soit à l'instar des fichiers présentés ci-dessous.

Les Amants chiens [Fr. (15 pp.)]
Le Café borgne ; 1771 [Fr. (10 pp.)]
Le Chanoine de Reims [Fr. (10 pp.)]
Les Deux Filous [Fr. (10 pp.)]
Le Fripon orgueilleux [Fr. (15 pp.)]
L'Innocence sauvée [Fr. (5 pp.)]
Le Legs [Fr. (10 pp.)]
Le Marchand de bijoux ou Avec les fripons tout à perdre [Fr. (10 pp.)]
La Marchande de cerises ; 1769 [Fr. (10 pp.)]
Le Muet [Fr. (10 pp.)]
Plus Heureux que sage [Fr. (10 pp.)]
Plus de Peur que de mal [Fr. (10 pp.)]
Le Seigneur auteur ou Un peu d'aide fait grand bien ; 1768 [Fr. (10 pp.)]
Le Sourd [Fr. (10 pp.)]
La Statue ou Ne condamnez pas sans entendre [Fr. (10 pp.)]
La Tricherie retourne à son maître [Fr. (15 pp.)]
L'Uniforme de campagne [Fr. (20 pp.)]
La Veuve avare ou À trompeur trompeur et demi ; 1768 [Fr. (10 pp.)]
La Veuve embarrassée [Fr. (10 pp.)]
Les Voyageurs [Fr. (15 pp.)]

Voici huit comédies de Louis-François Archambault (1734-1812), dit Dorvigny, mises en scène à partir 1779. L'intégrale des huit transcriptions peut être téléchargée soit en textes séparés comme une archive zippée (ddorFr.zip ; 145 kB ; format A4, 165 pp.) soit à l'instar des fichiers présentés ci-dessous.

Janot ou Les Battus paient l'amende ; comédie-proverbe [première le 6 juin 1779] [Fr. (25 pp.)]
Janot chez la dégraisseur ou À quelque chose malheur est bon ; comédie-proverbe [première le 18 octobre 1779] [Fr. (15 pp.)]
On fait ce qu'on peut, non pas ce qu'on veut ; proverbe dramatique à deux acteurs [première le 8 novembre 1779] [Fr. (20 pp.)]
Ça n'en est pas ou Tout ce qui reluit n'est pas or ; comédie-proverbe [Janot derechef ; première le 23 décembre 1779] [Fr. (20 pp.)]
La Comédie à l'impromptu ; comédie [première le 5 septembre 1780] [Fr. (20 pp.)]
Christophe le Rond ; comédie [première le 2 janvier 1782] [Fr. (20 pp.)]
Le Désespoir de Jocrisse ; comédie-folie [première le 22 novembre 1791] [Fr. (20 pp.)]
Jocrisse changé de condition ; comédie-folie [première le 4 janvier 1794] [Fr. (25 pp.)]

Voici dix pièces de théâtre mises en scène à Paris pendant l'époque révolutionnaire ; comme leurs titres l'annoncent, le sujet de chacune est soi-disant « la vie conventuelle ». Pour ne pas influencer le lecteur, j'ai résisté à la tentation de fournir une perspective critique : d'autre part, j'ai ajouté quelques bribes d'informations supplémentaires. L'intégrale des dix transcriptions peut être téléchargée soit en textes séparés comme une archive zippée (dconFr.zip ; 310 kB ; format A4, 250 pp.) soit à l'instar des fichiers présentés ci-dessous.

Anonyme : Les Fourberies Monacales ; comédie [d'après la preuve interne, il paraît que l'action de cette pièce se passe vers le 22 février 1790][Fr. (20 pp.)]
Pierre Laujon (1727-1811) : Le Couvent ou Les Fruits du Caractère et de l'Éducation ; comédie [première le 16 avril 1790] [Fr. (25 pp.)]
Joseph Fiévée (1767-1839) : Les Rigueurs du Cloître ; dite comédie [première le 23 août 1790] [Fr. (15 pp.)]
Mme Olympe de Gouges (1748-1793), née Marie Gouze : Le Couvent ou Les Vœux Forcés ; drame [première le 21 octobre 1790] [Fr. (25 pp.)]
Claude de Flins (1760-1806) : Le Mari Directeur ou Le Déménagement du Couvent ; comédie [première le 25 février 1791] [Fr. (15 pp.)]
Jacques-Marie Boutet (1745-1812), dit Monvel : Les Victimes Cloîtrées ; drame [première le 29 mars 1791] [Fr. (35 pp.)]
Louis-Benoît Picard (1769-1828) : Les Visitandines ; comédie [première le 7 août 1792] [Fr. (25 pp.)]
Charles-Antoine Pigault-Lebrun (1753-1835), né Pigault de l'Épinoy : Les Dragons et les Bénédictines ; comédie [première le 6 février 1794] [Fr. (30 pp.)]
Charles-Antoine Pigault-Lebrun : Les Dragons en cantonnement, ou la Suite des Bénédictines ; comédie [première le 13 février 1794] [Fr. (35 pp.)]
Jean-François Corsange (1751-1821) et Jean-Baptiste Hapdé (1774-1839) : Le Dernier Couvent de France ou L'Hospice ; anecdote [première le 13 août 1796] [Fr. (25 pp.)]


NONSENSES? & ABSURDITÉS ?
There once was a lemming called Cinderella, whose twin sisters were the equal of Cruella. As bald as coots, they were devils in boots, because they often locked poor Cinders in the cellar. But in grand fairy-story tradition, came a godmother with a mission, to release our heroine from her sooty prison. She went to a ball, in a chandeliered great hall, and dallied with a Prince who was handsome and tall. But on the first stroke of midnight, looking an absolute fright, she simply vanished from everyone's sight. The lovelorn Prince, dressed up like a kipper, hunted high and low with the infamous glass slipper. Then one fine day, to his utmost dismay, he did find where Cinders lay: in a dusty dungeon, he observed with frisson, her black and white slippers made from a dalmatian.

After a hiatus of a few millenia, the lemmings of Atlantis have returned to athletics with a sense of purpose. Accordingly, their wise elders have constructed a novel 400 m. track: mounted on guide rails, immediately inside the innermost lane, there are several electronically controlled pacemakers, each capable of moving independently at any required pace. The burning question of the moment is: In their quest for improved performances, will Homo sapiens follow this initiative of Lemmus lemmus?

There once was a lemming called Rosaline, whose ne'er-do-well suitor Romeo had forsaken her — without so much as a by-your-leave — for a doomed damsel called Juliet. Despairing of ever being compared to a summer's day, much less of being smitten at first sight, this metaphorical wallflower cloistered herself in Friar Lawrence's kitchen with no Winchester goose in prospect. Then, one Hallowe'en — with not a thought for immortal poetry, effable or otherwise — she realized that her former swain was not the brightest page in the canon of literature, and so brewed a sleeping draught: whereupon, the plot thinned.

Since time immemorial, every head of the Lemmings' household had recited these received words before each repast: "For what we are about to receive, may the Lord make us truly thankful. Amen." Then, on what proved to be an epiphanic day for this family, the youngest scion said, "Father, there is an incongruous verb in that form of grace."

Il était une fois un lemming nommé Don Grillosa, qui alla aux Pays-Bas en compagnie de son filleul Porphyrin, graffiteur, afin d'investir en tulipes. Au dernier jour de leur voyage, l'insouciant Porphyrin pulvérisa certains transducteurs synthétiques sur les pales de rotor d'un moulin à vent. Et, dorénavant, chaque fois il fait du vent, ou du soleil, ou du vent et du soleil, le susmentionné entrepreneur en herbe réfléchit à la sagesse de sa décision d'investir en tulipes.

L'après-midi du 25 octobre 1854, au cours de la bataille de Balaklava, un certain maréchal vient de finir son déjeuner et le lieutenant Gabriel Chêne est debout à distance respectueuse. « Mmm... ; pas mal. [Le maréchal éructe, puis se lève et s'adresse au lieutenant.] Revenons à nos moutons maintenant ! — Ce n'est pas trop tôt ! [À part ; puis, à haute voix.] Oui, mon général ; à vos ordres ! Voici votre longue-vue. Il la remet au maréchal, puis tous deux marchent à grand pas de leur tente à un promontoire qui a vue sur une vallée. Là, le maréchal met sa longue-vue à l'œil. — Sacrebleu ! [Il bredouille avec incrédulité.] Regardez plus bas ! La brigade légère de lord Cardigan se dirige vers les canons russes !... La cavalerie anglaise se comporte comme les moutons de Panurge ! — Pas du tout, mon général : ni des moutons, ni des lemmings. D'ailleurs, je crois que les Anglais, dont M. le lieutenant Owen, diraient — en ces rares occasions lorsqu'ils daignaient parler une langue étrangère — ce vieux mensonge-là : Dulce et decorum est pro patria mori. — Hum !! C'est magnifique, mais ce n'est pas la guerre !... Il faut que nous saisissions l'occasion par les frisettes inférieures sur-le-champ. Où sont nos chasseurs d'Afrique !? »

Il était une fois un lemming nommé Godot ; et partout où il allait, tout le monde s'écriait : Enfin ! Alors, un jour dans la forêt — enchantée, bien sûr — il rencontra à l'improviste un inconnu qui paraissait attendre quelqu'un depuis longtemps. « Bonjour, Monsieur, dit-il. — Bonjour, répliqua l'inconnu. Heu,... Excusez mon indiscrétion, Monsieur, mais quel est votre nom ? — On m'appelle Enfin, Monsieur, reprit-il. Et le vôtre ? — Je m'appelle Samuel, reprit l'inconnu. — Il y avait un silence lourd de sens ; puis, après avoir jeté un coup d'œil furtif sur sa montre, notre héros dit : On ne peut pas arrêter le temps. Au revoir, Monsieur. » Ils se séparèrent ; et, peut-être malheureusement pour innombrables lycéens, cela s'avéra une rencontre sans lendemain.

De temps immémorial, chez les Lemming de l'hameau de Fouilly-les-Oisons, le maître de céans entretenait l'illusion que la vie se déroulait avec la précision d'une horloge ; en particulier, il soulait se lever au son du coq. Puis, une nuit, un fin renard laissa une montre.

There once was a lemming who slept on sackcloth in a Ruritanian castle. For many a year, suitors would call up at her balcony, "Where art thou, Sleeping Beauty?": but there was not a peep to be had from this damsel or her spiritual factotum, Rip van Winkel. Then, one moonlit night, with the wind howling through the trees, a wolf doing likewise, and Little Red Riding Hood having left Granny to fend for herself, two brothers in lederhosen appeared: Grimm by name, grim by nature. They dashed up the castle stairs, one with aplomb and the other with a plume, entered her bedroom, and planted seven kisses on her pale cheeks: whereupon, she turned into a frog. "Ah!" they cried in unison, "Dinner!"

High above a ravine, there were 600 lemmings spread out along a cliff. One lemming, the indominatable Captain du Chat, addressed the assembled troops, "Now, chaps, ... and, of course, chapesses, ... is this really a wise idea?" Seconds later, 599 flew into the valley of death. Bruised and bedraggled, but unbowed, the gallant captain began the journey back to camp — where his belovèd, Chathuant, a cordon noir graduate, would have prepared choice morsels: luke-warm baked beans, burnt sausages, and tea with bits of grass floating around willy-nilly. One question kept on recurring to him on his trudge home: Surely I do not have to go through this palaver eight more times?

There once was a lemming called Rapunzel, whose conduct was unbecoming of a damsel. Inevitably one sinful day, she became in the family way: and so was banished to the turret of a castle. And here the golden-haired mink, met seven dwarves who played tiddlywinks: and so vowed to be chaste ever after.

One moonlit night, Lemming Gulliver, wearing tartan plus fours and sporting a cleek, was strolling beside a babbling brook, when he espied an urchin named Robin, who was leading a pig and holding a basket. «Laddie! ... Laddie!! — Sir? [He sounded apprehensive.] — Surely it is late; well past the hour of bed!? — Late? Nay, Sir; I be just starting. — Ah! You must be taking the pig to market in some distant town? — To market? Nay, Sir; my masters be considering that beyond the pale. — Who, pray, would be your masters? — My masters? What a question, Sir; everyone be knowing that the Royal Academicians be owning every dancing pig: Sus scrofa saltatorius. — Goodness me! ... Pray, for what purpose do these learnèd gentlemen own such beasts? — Purpose? Sir, everyone be knowing that a dancing pig be abling to find the Lagado truffles. — Ah! These must be tasty morsels for the tables of the people of quality? — Tasty? Saving your presence, Sir, but your ignorance be truly frightening me. [He showed Squire Gulliver the fungi Lagado melanosporum in his basket.] Them truffles, Sir, be giving Trufflene. — And, pray, what is Trufflene? — Trufflene? I be not knowing, Sir; only them people who be abling to read them pictures be knowing. — Ah! Like the good lady Rosalind, I presume? — A woman!? [He sounded horrified.] Nay, Sir; Jacques Quelfils, le comte de Morcerf himself, be not permitting it.» ... ... ... One balmy afternoon, Lemming Gulliver, wearing tartan breeches and sporting a mashie iron, was wandering lonely as a cloud beside a host of golden daffodils, when he espied an urchin, who was leading a duck. «Lassie! ... Lassie!! — Sir? [She sounded apprehensive.] — À l'orange ? — Nay, Sir; my name be Marion.»


There once was a prudent Dane of old, who analyzed Carlsberg™ beer in the cold.
He had the Søren sense, to call its acid strength Potenz:
and so pH is probably the best abbreviation in the world.

渴 求 知 識